L'internet mobile pour tous et pour tout

Speed vs. Data – L’affaire du volume de données

Qui s’en souvient ? Vous vérifiez avec crainte la consommation de données des deux derniers téléchargements de sonneries par code SMS. Avancez de quelques années et vous prenez l’habitude d’enregistrer tous les WLAN publics possibles sur votre iPhone 3G, afin que la facture de téléphone portable ne soit pas trop élevée. Bientôt, les fournisseurs d’accès annoncent un volume de données confortable de 2 Go inclus et peu après, les premiers abonnements illimités sont disponibles à des prix exorbitants. Aujourd’hui, vous surfez déjà de manière illimitée pour 10 francs par mois. Pour nous, il s’agit d’une tendance claire à l’abandon des volumes au profit de connexions de données illimitées. Reste la question du bon débit : plus vite, c’est mieux dans tous les cas ? Ou pouvez-vous vous épargner l’argent pour l’Internet à haut débit ?

La consommation de données mobiles augmente…

Une étude inédite sur la consommation de données mobiles en Suisse a été publiée par l’institut de recherche Sotomo en mai 2021. Résultat : entre 2010 et 2021, le volume de données transmises sur l’un des trois réseaux suisses a été multiplié par 200, ce qui signifie qu’en 2021, environ 200 fois plus de données ont été transmises par rapport à 2010. Dans le même temps, le nombre de smartphones n’a toutefois été multiplié que par trois.

Graphique Sotomo sur l'évolution du nombre de téléphones mobiles par rapport au volume de données transférées.
Source : Sotomo

La tendance du volume de données transmises n’est pas seulement à la hausse, mais aussi à une croissance exponentielle. En d’autres termes, le nombre de données transmises par rapport au nombre d’appareils en circulation est nettement supérieur à ce qui pourrait être expliqué par le seul nombre d’utilisateurs.

Graphique Sotomo sur l'évolution du volume de données transmises chaque mois en Suisse
Source : Sotomo

Cela n’a pas seulement pour conséquence une forte sollicitation des réseaux de téléphonie mobile, mais pose également une question fondamentale : les volumes de données limités sont-ils encore d’actualité dans le cadre d’une telle évolution ? Et qu’en est-il de la vitesse de connexion moyenne nécessaire ?

… la vitesse nécessaire reste

Ce qui frappe dans l’utilisation quotidienne, c’est que, par exemple, le taux de transfert nécessaire pour le streaming vidéo n’est augmenté que par la qualité transmise, et non par la longueur de la vidéo ou la durée pendant laquelle les différentes vidéos sont visionnées.

Le volume de données augmente beaucoup plus avec l’utilisation, c’est pourquoi de nombreux utilisateurs disposant d’un volume de données limité sont en général plus limités dans leur utilisation que ceux disposant d’un forfait.

L’illusion chez beaucoup : Plus la connexion est rapide, plus le service est de qualité. Or, si l’on considère la bande passante nécessaire pour différentes applications, on constate rapidement que même une vitesse relativement faible permet de réaliser la plupart des applications du quotidien. Netflix, par exemple, recommande une vitesse de connexion comprise entre 5 et 15 Mbit/s. Pour la communication ordinaire ou le travail dans le nuage, 5 à 10 Mbit/s suffisent déjà sans problème.

Malgré cela, de nombreux fournisseurs misent encore sur des volumes de données limités et facturent l’utilisation supplémentaire à leurs clients à un prix élevé. Dans le même temps, ils font de la publicité pour des vitesses élevées qui ne sont guère atteintes dans la pratique. Ce n’est pas une fatalité.

Une facturation équitable n’est possible qu’avec un flatrate

Les clients d’aujourd’hui ont besoin d’une connexion de données constante et fiable et la consommation effective de données n’est généralement pas déterminée par les utilisateurs, mais par les applications. Les vidéos YouTube et Netflix ont une résolution de plus en plus élevée, Google Maps télécharge de plus en plus souvent des informations sur les lieux à proximité, la liste des applications est longue.

Lier les utilisateurs à un volume de données limité peut donc être intéressant du point de vue du fournisseur, car ces volumes sont de plus en plus souvent dépassés, mais ce n’est plus d’actualité.

Digital Republic a choisi une autre voie. Nous ne facturons pas en fonction du volume de données, qui est de toute façon toujours plus vite épuisé, mais en fonction de la vitesse nécessaire. Ainsi, vous pouvez déterminer vous-même la vitesse qui convient à votre application et vous n’avez pas à vous soucier d’un volume de données limité.

L’avenir des données mobiles est illimité

Si vous observez un peu l’utilisation personnelle au quotidien, vous constaterez rapidement que la Rapidité est rarement le problème.

On peut donc se demander si, du point de vue du client, il est judicieux de payer pour une connexion à haut débit dont on n’a pas besoin, d’une part, et dont on ne peut de toute façon pas profiter en raison des antennes partagées, d’autre part.

La meilleure façon d’illustrer cela est de prendre un exemple :

Une vidéo YouTube de 10 minutes en streaming avec 1080 pppi consomme environ 506 MB de volume de données. Les volumes limités sont donc rapidement consommés. En revanche, la vitesse nécessaire pour regarder la même vidéo sans saccades n’est que de 5Mbit/s. Celui qui paie pour une connexion à haut débit et qui dispose en plus d’un volume de données limité se retrouve donc doublement dans le pétrin. Vous payez pour une vitesse dont vous n’avez pas besoin et vous ajoutez encore un volume supplémentaire uniquement pour pouvoir streamer et surfer normalement.

Mais même ceux qui ne diffusent pas de vidéos sont de plus en plus rapidement confrontés à des volumes de données importants. Le magazine des consommateurs K-Tipp a montré dans une expérience que le simple fait de faire défiler une fois l’application Blick consomme environ 40 MB de données. La faute à une grande quantité d’images et de publicités animées qui s’affichent automatiquement dès que les utilisateurs les voient sur leur écran.

Dans ces conditions, les volumes de données semblent encore plus archaïques. Si l’on ajoute à cela de longues durées de contrat et des délais de résiliation, le paquet de frustration est complet.

Si la consommation de données continue d’augmenter dans ces proportions (ce qui est probable), l’avenir sera sans doute définitivement marqué par les forfaits. Pour Digital Republic, c’est déjà le cas aujourd’hui ! C’est pourquoi tous nos Tarifs incluent la 5G, un volume de données illimité, aucune durée minimale de contrat et aucun délai de résiliation.

Toute autre solution serait tout simplement injuste au vu des besoins quotidiens modernes.

Découvrez nos autres articles de nouvelles

Raphi mit Smartwatch und installierter Multi-SIM

Qu'est-ce que la multi-SIM ?

Un terme souvent utilisé sur le marché de la téléphonie mobile est celui de « multi-SIM ». En principe, les offres multi-SIM promettent de partager un forfait existant avec un ou plusieurs autres appareils. La plupart du temps, vous payez un tarif réduit et vous avez presque toujours la même vitesse de connexion qu’avec votre tarif principal. Il y a néanmoins quelques éléments importants à prendre en compte et une multi-SIM n’a pas de sens dans tous les cas.

Continuer à lire
Digital Republic hat einen KI Assistenten

Chatbot ? Nope – Assistant IA ? Ouais !

« Demander au lieu de chercher » – C’est ce que promettent depuis longtemps les modèles de langage de l’IA. Digital Republic a néanmoins longtemps résisté à l’utilisation d’un chatbot. Après tout, notre service doit vous apporter une valeur ajoutée. Grâce aux nouvelles capacités de l’IA et à la perspective d’une toute nouvelle interaction avec la base de connaissances de Digital Republic, nous avons maintenant décidé de franchir le pas et vous présentons avec fierté l’assistant Digital Republic !

Continuer à lire

30 jours gratuits à l'essai

Testez à volonté Digital Republic pendant un mois sur vos appareils mobiles, sans frais et sans délai de préavis.

Tester gratuitement